Palmitas

Avec la ferme volonté de redorer l’image désastreuse de la ville de Palmitas, les autorités Mexicaines, ont fait le choix de demander aux artistes du collectif Germen Crew, de mettre leur créativité au service de la population en usant du pinceau à l’excès. Durant 5 mois, ces artistes ont pensés et créés une fresque murale très colorée courant sur plus de 20 000 mètres de façade et offrant à pas moins de 209 habitations une nouvelle vie comme un nouveau départ. Un nouveau quartier en somme qui semble avoir apaisé les tensions  et réduit les comportements violents. Décryptage….

L’art : l’exutoire d’un mal de vivre

Un projet artistique pour fédérer une communauté en proie à la misère sociale, une jolie manière de mettre en lumière les bienfaits de l’art thérapie tout en resserrant les liens entre les différents habitants et en leur offrant la capacité de s’exprimer à travers l’art.

Bien plus qu’un projet purement pictural, cette initiative a pour objectif premier de réduire la violence au sein d’une communauté où elle est devenue banale et monnaie courante. De la peinture comme un élan d’espoir qui redonne toute sa place à l’art en ce qu’il a de salvateur.

Faire ensemble pour mieux se comprendre

Ayant un véritable pouvoir libérateur, l’art, que l’on soit artiste ou spectateur offre à ce quartier d’une bourgade mexicaine, l’opportunité de repartir sur de bonnes bases, et d’entrer dans une logique de partage, et de réunion des forces entre habitants, pour ensemble, reconstruire.

Un projet multi perspective pour cette création de street art, qui a réussit son judicieux pari, celui de faire baisser la violence chez les jeunes mais aussi de réunir la population autour d’un même projet : celui du Vivre ensemble.

Crédit photo : SooCurious

 

Palmitas : quand l’art s’inscrit dans le paysage et fait fuir la violence

Catégorie : Actu de l'art
0
804 views

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *